Nouveautés

Lausanne 2020, une formidable diversité de talents
19th February 2020

Une fois de plus, le Prix de Lausanne, où Harlequin était bien sûr présent, s’impose comme un moment d’exception qui dépasse même sa dimension compétitive. D’abord par la qualité des concurrents dont certains doivent leur venue à des présélections réalisées en Asie et en Amérique du Sud. Ensuite par l’expérience que représentent quatre jours de travail, quasiment hors compétition, encadrés par des professionnels aussi réputés qu’Élisabeth Platel, directrice de l’École de danse de l’Opéra de Paris, Patrick Armand, directeur de la San Francisco Ballet School, et Nicolas Le Riche, directeur du Ballet royal suédois.

Pour l’édition 2020, 377 danseurs (301 filles et 76 garçons) avaient envoyé leur candidature par vidéo. À l’issue de cette sélection sur vidéo, 76 candidates et candidats ont été retenus, auxquels s’ajoutent huit candidats et candidates présélectionnés, lors du Stage d’été du Prix de Lausanne et lors d’épreuves en Chine et au Brésil.

Ils sont en tout 84 jeunes danseurs et danseuses, 51 filles et 33 garçons âgés de 15 à 18 ans, à avoir été choisis. Mais sept d’entre eux ont finalement dû renoncer, dont trois Chinois à la suite des restrictions de déplacement dues au coronavirus. Ce sont donc 77 candidats et candidates qui ont participé au Prix de Lausanne 2020 sous les yeux d’un jury de haut vol présidé par Frédéric Olivieri, directeur du Ballet de La Scala, et un gala final, samedi, à l’Auditorium Stravinski, passionnant de bout en bout.

Huit danseurs se sont distingués et ont été récompensés à Montreux. Ils recevront une bourse qui leur permettra de poursuivre leur cursus dans une école ou une compagnie de ballet parmi les plus prestigieuses au monde.

Le premier prix est revenu à l’Italien Marco Masciari qui remporte à la fois une bourse d’études et le Prix d’interprétation contemporaine. Avec lui, c’est l’Académie Princesse Grace de Monaco qui est distinguée, dont un élève, pour la troisième année consécutive, obtient le meilleur classement ! Les sept autres lauréats sont originaires des Etats-Unis (2e prix), du Brésil (3e prix), de Chine, de Corée du Sud et de Roumanie.

En plus du deuxième prix, l’Américaine Ava Arbuckle, 15 ans, a décroché le prix du meilleur jeune talent. La danseuse portugaise Catarina Pires (bientôt 18 ans) gagne le prix du public et la chinoise Yuyan Wang (17 ans) le prix du public web. Côté web, justement, cette finale a totalisé 168 437 vues sur ARTE Concert, YouTube et Facebook, l’audience cumulée de la semaine étant de 1 364 748 vues, le double de l’an dernier.

Enfin, un des moments les plus émouvants fut peut-être la remise par Kathy Bradney, la directrice du Prix, du « Life Achievement Award » à Carolyn Carlson. À 77 ans, la magnifique chorégraphe n’a rien perdu de sa superbe. Alliant à la poésie de ses mots celle des gestes, elle s’est lancée dans une improvisation inspirée qui marquera longtemps les amateurs non seulement de danse mais de beauté pure.

En fournissant le plancher Harlequin Liberty recouvert du tapis de danse Harlequin Studio, nous sommes fiers d’être associés de si près à une manifestation de cette envergure et félicitons chaleureusement tous les participants qui ont pu ainsi évoluer en toute sécurité sur la scène et dans les studios.

;