Nouveautés

5 Questions à Gilles Métral
9th December 2019

Le Conservatoire de la Vallée de Chevreuse, rebaptisé Paris-Saclay, est entré en fonctionnement au début de l’année 2018, avec l’objectif  de créer une dynamique de transdisciplinarité entre le théâtre, la musique et la danse. 

Pour un si bel outil de travail, le sol de danse se devait d’être à la hauteur. Ce sont au total 812 m² de plancher, dont 610 m² ont été recouverts d’un tapis de danse Harlequin et 202 m² d’un  parquet chêne qui recouvrent dorénavant les studios de danse, la salle d’audition et l’auditorium de ce conservatoire flambant neuf !

Entretien avec Gilles Métral, Directeur du Conservatoire à rayonnement départemental de Paris-Saclay  

1/ Comment définiriez-vous un bon sol de danse ?

Un sol de danse doit être sécurisant, afin de mettre en confiance les danseurs, mais aussi les professeurs vis-à-vis de leurs élèves. Il doit bien sûr être conforme aux normes du Ministère de la Culture. D’un point de vue purement financier, il doit bien vieillir dans le temps, car c’est une investissement lourd. Il faut qu’il soit pérenne et garde les mêmes qualités techniques pour les 20 à 30 ans à venir.

2/ Vous avez opté pour un plancher dit de nouvelle génération. Qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

Nous avons tout simplement été convaincus par les arguments avancés par Harlequin et par les références qu’ils nous ont présentées (et que nous avons bien sûr contactées). Et nous avons eu bien raison puisque depuis l’ouverture du CRD, nous n’avons plus aucune remarque ni demande des professeurs, élèves et parents. Il n’y a plus de lésions, ni de troubles musculo-squelettique.

3/ Quels ont été les critères de choix des différentes finitions ?

D’une façon générale, l’investissement dans les planchers a été important, mais a été pensé sur le long terme.  Nous avons suivi les préconisations de Harlequin de mettre le même plancher de danse, Harlequin Flexity, dans toutes les salles ainsi que dans le grand et le petit auditorium.

S’agissant des tapis de danse, dans 3 studios, nous pratiquons du classique, du contemporain et du modern’jazz. La référence Harlequin Studio était donc la plus appropriée.

Dans une salle, nous enseignons les claquettes et avons donc opté pour le tapis de danse Harlequin Fiesta ainsi que pour le petit auditorium Bernstein. Cette salle est principalement dédiée à la musique, aux répétitions de l’orchestre mais sert également à recevoir les parents. En gros, cette salle est utilisée 7 jours sur 7 et 10 heures par jour. Il nous fallait donc un revêtement résistant.

Pour le grand auditorium Jean-Claude Risset qui sert à la musique ou à d’autres manifestations hors danse, le plancher Harlequin Flexity est recouvert d’un parquet chêne. Lorsqu’il y a de la danse, il suffit de dérouler le tapis de danse Harlequin Duo Pro.

4/ Comment la collaboration avec Harlequin s’est-elle déroulée ?

« C’est génial ».! Depuis le cahier des charges jusqu’à la réalisation, nous avons eu de très bons contacts, un très bon suivi avec une réactivité et une fiabilité très appréciée et cela, malgré les difficultés à trouver les bonnes solutions de finition pour obtenir les qualités attendues sur la scène de l’auditorium

Et pendant les travaux, même si certains moments ont été un peu délicats du fait du grand nombre d’intervenants sur le site, les techniciens se sont bien adaptés avec des bonnes relations client/fournisseur. Le service après-vente est aussi de qualité.

5/ En un mot, comment définiriez-vous Harlequin ?

LE spécialiste à l’écoute, efficace et performant.

;